euskadi.eus
euskadi.eus
euskadi.eus
 

Recherche au

La fermeture de la frontière entre le Pays Basque espagnol, la Navarre et la France a affecté 70 % des travailleurs transfrontaliers

Fecha de publicación: 

L?Eurorégion a effectué une enquête auprès de 2.400 personnes de la zone frontalière pour connaître l?impact de la fermeture de la frontière

Mikel Irujo, Marian Elorza y Mathieu Bergé

La crise de la Covid-19 et les restrictions imposées pour y faire face ont eu un impact direct sur la relation transfrontalière et les milliers de citoyens qui traversent chaque jour la frontière entre la France et l’Espagne, rouverte le 21 juin dernier après trois mois de confinement. Les contrôles restrictifs ont affecté de manière exceptionnelle les travailleurs transfrontaliers » qui, bien qu’autorisés à circuler durant cette période, ont déclaré pour près de 70 % d’entre eux, avoir été « très ou totalement » affectés par la fermeture de la frontière, selon les données d’un rapport élaboré par l’Eurorégion Nouvelle-Aquitaine – Euskadi – Navarre, au cours du mois de juin dernier. L’analyse a été obtenue à travers une enquête en ligne à laquelle a participé un total de 2.400 personnes de la zone frontalière des trois territoires concernés.

31,5 % des personnes interrogées sont des travailleurs transfrontaliers, la plupart employés dans le commerce, l’hôtellerie et d’autres activités en rapport avec le tourisme, et une minorité dans des services professionnels.

Achats et résidence secondaire

Le rapport offre des données à l’égard de la répercussion de la fermeture des frontières sur les habitudes des citoyens transfrontaliers, deux tiers des personnes interrogées considérant qu’elles ont été totalement ou très affectées par cette mesure, alors que neuf transfrontaliers sur dix révèlent avoir cessé toute activité socioéconomique après la fermeture.

La moitié des personnes interrogées affirment traverser la frontière au moins une fois par semaine et 15,8 % le font tous les jours ou presque tous les jours de la semaine. Les motifs de circulation entre territoires sont en majorité socioéconomiques : achats, résidence secondaire ou visite à des amis ou de la famille, et en dernier lieu, pratique d’activités de loisirs ou sportives.

Entreprises transfrontalières

esSelon les données obtenues à partir de l’enquête, plus de la moitié des entreprises qui emploient des travailleurs transfrontaliers ont adopté au moins une mesure exceptionnelle suite à l’impact de la Covid-19 : télétravail, procédure de licenciement temporaire (ERTE), réduction du temps de travail, voire licenciements.

 

Les résultats mettent en évidence les difficultés rencontrées par les travailleurs et les entreprises pour la mise en place de ces mesures et tout particulièrement à l’égard de trois aspects concrets : la gestion des procédures d’ERTE, l’obtention de financement et la préparation pour la reprise de l’activité. Néanmoins, l’Eurorégion s’étant proposée de mettre en œuvre des actions ou mesures capables de contribuer à réduire l’impact de la fermeture de la frontière sur la vie quotidienne de ces personnes, 91 % des travailleurs interrogés considèrent que la coopération transfrontalière est essentielle ou très importante pour améliorer leur situation professionnelle.