Euskadi et la Corse conviennent d'tablir un canal officiel et stable pour les collaborations venir

Fecha de publicacin: 

Irekia

·       Le président du Gouvernement basque Iñigo Urkullu et le président du conseil exécutif de Corse Gilles Simeoni ont maintenu une rencontre télématique qui a abouti à la signature d'un mémorandum de coopération institutionnelle

·       Iñigo Urkullu a manifesté sa satisfaction pour le « pas historique » franchi par l’Assemblée nationale française en faveur de la langue basque et du corse

·       Il a montré sa préoccupation pour la situation provoquée par la pandémie et a insisté sur la nécessité de respecter scrupuleusement les mesures en vigueur car « c’est la voie la plus efficace pour éviter de nouvelles restrictions »

 Le lehendakari Iñigo Urkullu et le président du conseil exécutif de Corse, Gilles Simeoni, se sont entretenus ce midi par voie télématique et ont souscrit un mémorandum de coopération qui permettra aux institutions du Pays basque espagnol et de Corse d’impulser le développement des relations bilatérales et constituera une base commune pour les collaborations à venir. À cette réunion ont également assisté la secrétaire générale des Affaires extérieures, Marián Elorza, et le directeur des Affaires européennes, Mikel Antón.

L’accord vient ratifier l'engagement des deux gouvernements à établir un canal de relations officiel et stable, compte tenu des liens étroits qui unissent ces deux communautés dotées d’une forte identité culturelle.

À cet égard, le président du Gouvernement basque a manifesté sa satisfaction pour la récente décision de l’Assemblée nationale française en faveur de la langue corse et du basque, qu’il qualifie de « pas historique » et « de point d’inflexion pour revitaliser notre langue, notre éducation, notre identité et notre culture, dans le cadre d’une Europe qui considère sa diversité comme un actif ».

Il s’est aussi référé à la réunion maintenue quelques heures plus tôt par le Comité technique du LABI pour analyser l’évolution de la pandémie et a assuré que la situation « reste préoccupante » et que par conséquent, le Gouvernement va continuer à scruter les données au quotidien « pour anticiper les mesures qui nous permettront de résoudre cette situation le plus tôt possible ».

À ce sujet, il a insisté sur la nécessité de respecter scrupuleusement les mesures mises en place car « elles sont la voie la plus efficace pour éviter de nouvelles restrictions ».

Le lehendakari a expliqué que la Corse et le Pays basque espagnol ont fait preuve tout au long de leur histoire de leur capacité à affronter les défis du futur en maintenant leurs profondes racines historiques et culturelles et mise sur la collaboration institutionnelle et l’impulsion « de notre autogouvernement ».

En concluant :« Ce mémorandum ouvre une voie qui va se traduire par l’amélioration du bien-être de nos peuples respectifs, dans le cadre du projet pour une nouvelle Europe que nous partageons ».

Le mémorandum 

L’accord souscrit ce jour aura une validité initiale de cinq ans et identifie une série de domaines de travail dans lesquels seront encouragés des projets et des initiatives communs, tels que :

·       Les politiques de normalisation linguistique du basque et du corse, notamment pour l’impulsion de leur connaissance, leur revitalisation et leur utilisation.

·        Les politiques de relations et de liens avec la diaspora ou les collectivités résidant à l’extérieur, notamment en partageant les structures, canaux de communication, outils ou réglementations qui permettent et facilitent l’interconnexion.

·        La coopération dans le cadre des affaires européennes pour revendiquer, concrètement, une meilleure prise en compte de nos institutions dans les processus de gouvernance et de décision au sein de l’Union européenne.

 Dès aujourd’hui, la Corse intègre le réseau de relations stratégiques qu’Euskadi entretient avec la Flandres, la Bavière, le Québec ou le Jiangsu, entre autres.